27/05/2005

Renaissance...

Jour après jour.... le combat pour la vie.... jour après jour mes espoirs, mes craintes, mes doutes, mais aussi mes joies, et mes victoires....et parce que l'attente de l'enfant suivant est un peu différente....

 

Mourir avant de naître 

Un espoir de vie brutalement brisé, vilainement nommé fausse-couche. Une échographie porteuse de mauvaises nouvelles. Il y avait deux bébés, il n’en reste qu’un.  
Ou le bébé tant rêvé présente une anomalie et survient le douloureux choix de pratiquer ou non une interruption médicale de grossesse.  
Une amniocentèse qui assène une réalité redoutée…
Autant d’interruptions de vie.  
 
« Tu es jeune, tu as la vie devant toi, tu en feras d’autres… »
 
Qu’il soit embryon ou fœtus, qu’il soit à peine conçu, qu’on ait pu voir son cœur battre sur un écran ou qu’on l’ait déjà senti bouger, qu’importe. Chaque mère naît mère à son heure.  
 
Quand la grossesse s’arrête, la déjà mère se trouve désenfantée. Vide et immensément triste. Elle a donné la mort et pas la vie.  
 
Non reconnue dans son deuil, elle est doublement seule.  
Sa souffrance reconnue, accompagnée, partagée lui permettrait peut-être de se remettre à rêver. A la vie. 

(Texte d'Alexanne)

 

 



09:02 Écrit par La | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

Je t'aime Fort C'est vraiment très beau ce que tu écris, et et si vrai. Nous naissons mères, et le but c'est d'enfanter, en tout cas ça l'est pour moi. Je veux que tu saches que je suis là, certes d'où je suis je ne peux pas faire grand chose pour toi malheureusement, mais je t'aime vraiment très très fort, et tu verras le soleil va très vite rebriller dans ta vie sans oublier ton ami, en tout cas c'est ce que je vous souhaite de tout mon coeur. Que la vie t'offre son plus beau cadeau. Gros Bisou

Écrit par : Tit'Etoile | 04/06/2005

*** Les gens ne compennent pas la douleur que peut être celle-là... oui tu en feras d'autres, oui tu es jeune... tant de mots blessants pour un coeur qui saigne... ce n'est pas les autres que l'on voudrait mais celui que l'on a perdu.
Je t'envoie mille baisers

Écrit par : Sweeety | 10/06/2005

... Très touchant, même si triste...
Je te comprends...
Ca va mieux?

Écrit par : Fléa... | 30/06/2005

merci j ai adore me balade sur ton blog....je me retrouve dans ton "histoire"... je reviendrais....

Écrit par : doudouille | 20/09/2005

Il ne faut pas oublier, que lorsque tu donnes la vie, tu donnes la mort aussi...
Ce qui m'agace le plus, ce sont les gens qui te disent, "vous n'êtes pas la seule dans ce cas ou vous en aurez d'autres"...Si seulement ces personnes là avaient eu mon dossier médical sous les yeux, elles se seraient tues! Ca n'a rien de réconfortant, dans ce genre de situations, quand il n'y a plus rien à faire...autant ne rien dire...car le chagrin prend la place du vide...que laisse la perte d'un enfant.

Écrit par : corine | 04/02/2008

Les commentaires sont fermés.