21/01/2006

Petite étoile...

Il y a un an...je rencontrais ma petite étoile....mon éternelle étoile....

 

"Quand tu regarderas le ciel, la nuit, puisque j'habiterai dans l'une d'elles, puisque je rirai dans l'une d'elles, alors ce sera pour toi comme si riaient toutes les étoiles. Tu auras toi, des étoiles qui savent rire !
....
_ Et quand tu seras consolé (on se console toujours) tu seras content de m'avoir connu. Tu seras toujours mon ami. Tu auras envie de rire avec moi. Et tu ouvriras parfois ta fenêtre, comme ça pour le plaisir... Et tes amis seront bien étonnés de te voir rire en regardant le ciel. Alors tu leur diras :  oui, les étoiles, ça me fait toujours rire !"

Extrait du livre  LE PETIT PRINCE 
d'Antoine DE SAINT- EXUPERY

 

 

 

 

13/01/2006

Si c'est pas le Bonheur...ça y ressemble....

Mon petit homme,

 

Les étoiles qu' j'avais dans l' regard
Sont venues s'échouer
Comme des étoiles de mer…

 

Ces trois phrases pourraient résumer à elles seules cette dernière année…

Je croyais que je l’avais perdu pour toujours mon sourire…que mes rires ne seraient plus que des sons préfabriqués qui serviraient a étouffer les cris et les larmes emprisonnées dans mon corps….

Je pensais que plus jamais je ne pourrais avoir mal au ventre d’avoir trop ri…que le seul mal, serait celui de trop d’heures passées à pleurer…

 

Et puis te voilà…ma petite luciole…jour après jour, tu redonnes vie à mon corps, jour après jour….tu illumines toutes ces parties de moi laissées à l’abandon dans le noir….

 

C’était pas gagné d’avance de retrouver tout ces sentiments enfouis, barricadés au plus profond…moi je croyais que tout s’était perdu dans le flot de mon chagrin….mais avec toi je réapprends le goût du sel, je réapprends les sourires…

Je me suis réveillée ce matin avec une sensation de bonheur…oh pas de ces bonheurs factices, pas de ces bonheurs façades que j’avais érigé pour paraître en vie….alors que tout en moi était comme mort…

…Non, j’étais seule….pas besoin de jouer, c’était du vrai bonheur, celui qui vous bouleverse, j’étais là étendue sur le lit…un sourire aux lèvres…le sourire de ta vie qui bat en moi….de la vie qui reprend sa place dans la mienne….de la renaissance….

 

Oh bien sûr la peur est encore là tapie dans les recoins sombres…mais je me sens à nouveau vivante…toi encore si petit, tu as la force de chambouler mon corps, mon âme, mon cœur….

 

Mon petit Homme, chaque fois que tu me donnes un petit coup, c’est comme un électrochoc qui ferait repartir mon cœur…

Comme si tu me disais « Eh maman, je suis là , le bonheur est devant…. »

 

Demain, cela fera un an jour pour jour que mon cœur s’est arrêté….

Un an jour pour jour, où j’ai cru que je pourrais plus jamais sourire et aimer la vie, plus jamais croire en moi….

 

…Et puis te voilà ma luciole….si petit, mais si fort….

 

….tu raccroches une à une les étoiles dans mes yeux….toutes celles qui s’étaient échouées dans mes torrents de larmes…

Tu les rallumes une à une…            autant de petites flammes, de petites lumières qui réchauffent mon corps détrempés.

 

Et aujourd’hui c’est avec beaucoup d’amour que je pense à mon petit ange, ma petite étoile là haut, bien sûr il restera toujours le manque, bien sûr je ne l’oublierais jamais….il m’a appris l’amour absolu, éternel, la force…. Il m’a appris ce qu’était qu’être mère….

….et toi petit homme, tu m’apprends chaque jour, la vie différemment, tu colores mes matins gris, et tu me réapprends la confiance….

 

On forme une drôle de famille avec ton papa, un peu cabossée, écorchée par la vie….mais l’amour y est fort….parce que dans nos yeux tu brilles ma petite luciole….et parce que dans le ciel brille la plus belle des étoiles….une étoile éternelle….forte….comme la vie !