18/06/2006

Flash-Back: l'annonce ou comment l'autruche s'est retrouvée devant un sol de béton...

 

Ce qui m'a fait tenir c'est longues semaines c'est d'avoir pu une fois couchée dans mon lit d'hôpital, exorciser mes peurs sur le papier, je vous en livre quelques extraits.....parce qu'à tout jamais ils resteront gravés en moi....

 

Février 2006

Lundi 6 février:

Nous voilà tous les deux à l'hopital ma petite bulle, tu as un retard de croissance de plus de trois semaines, tu ne peux plus grandir ni te développer correctement car mon corps de maman est défaillant, le placenta ne fonctionne plus correctement,c'est comme une bombe prête à exploser....mais on espère tenir quelques semaines....tu dois naître le 15 mai.....la route est encore si longue!

 

Mardi 7 février:

On vient de passer une écho-döppler et là c'est le cataclysme, tu n'es plus en sécurité dans mon ventre, les échanges avec le placenta continue à se dégrader, ma tension ne baisse toujours pas, et ton petit coeur montre des signes de mal être, il bat beaucoup trop vite....

 

Les médecins nous parlent de te faire sortir , une césarienne dans les jours qui viennent, on ne parle plus de semaines....ils nous expliquent ton petit poids, à peine 600grammes...je n'en suis qu'à 25 semaines d'aménhorrée....

 

Un néonatologue vient nous parler, il nous explique ta prise en charge, il est très humain mais aussi très honnête et réaliste, il nous explique les risques de complications, un éventuel problème chromosomique que l'on n'aurait pas décelé, il nous dit qu'à 25 semaines, on te laisse ta chance pour te battre et survivre....mais il nous parle aussi qu'il faut savoir s'arrêter, ne pas s'acharner, que les risques de grosses séquelles, mais aussi de mortalité sont importants....

 

....que laisser partir son bébé c'est aussi un acte d'amour....

.....et le monde qui s'écroule  autour....je ne m'arrête plus de pleurer, tu es bien trop petit mon tendre amour, moi je ne veux pas te laisser partir, ....mais juqu'ou suis je prête à aller....

 

Qu'arriverais je à accepter.....te perdre m'est inacceptable....mais te voir souffrir le serait tout autant, je ne veux pas que tu souffres, je voudrais que que tes conditions de vie soient les plus douces possibles....

 

....je veux rentrer chez moi....je ne veux pas qu'on t'arrache à moi mon tout petit, je veux te garder encore au creux de moi.....ça fait mal....j'ai si peur.....et ce coeur qui saigne et ce corps qui défaille.....

 

....accroche toi ma petite luciole.....je t'aime si fort.....

Je voudrais rentrer la tête dans le sable....ne plus voir, ne plus penser....mais droit devant le mur.....et un sol de béton.....

 

 

 

 

01/06/2006

...un homme, un vrai!

img209/2539/mimg22775qs.jpg