08/09/2006

La rencontre

img218/4127/img0854ys6.jpg

Ils l’ont emmené si vite….je n’avais pas pu le voir…j’avais juste aperçu un morceau de bonnet…rien d’autre, pas même une petite main, pas même son petit visage….

Normalement je n’aurais du le voir que le lendemain soir…attente inhumaine….je ne pouvais déjà pas le serrer dans mes bras….je ne pouvais pas attendre le lendemain soir de pouvoir me lever, comme si de rien n’était….comme si il n’était pas là….

 

Et si il lui arrivait quelque chose, si je ne le voyait jamais….

 

Papa Babylou a évidemment  pris des photos pour me les montrer…. Il faisait les aller retours entre moi et notre petit bout , j’étais partagée entre l’envie qu’il reste près de moi, mais j’avais tellement besoin qu’il veille sur notre enfant…

Ma première peur était de trouver Gabriel laid….ça peut paraître un peu fou, mais j’y avais pensé souvent pendant ma grossesse, et si je le trouvais laid ? j’y avais pensé en dehors de la prématurité, maintenant la question était encore plus grande, bien sûr je l’aimais déjà….mais était-il beau, j’avais peur, il était si petit, 980 grammes, je ne réalisais pas ce que cela pouvait représenter, un paquet de sucre….j’avais déjà vu tant d’émissions sur les grands prématurés….et j’avoue que parfois je les trouvais impressionnants, pas beaux, ils étaient si transparents, leur peau si rouge et un visage si particulier, bref un tas d’images me traversaient l’esprit….je me savais assez lucide pour savoir que je risquais très bien de trouver Gabriel comme ces prématurés à la TV…..effrayants….

 

Et je ne voulais pas avoir peur de mon fils, c’était sensé être le plus beau jour de ma vie….mais la peur des heures prochaines, de le voir souffrir, de l’inconnu, tout cela parasitait mon bonheur….

 

J’ai regardé les photos et je l’ai trouvé beau….objectivement beau , sur les photos il n’avait pas l’air si petit, il avait une jolie peau et surtout ce que je pouvais apercevoir de son visage était magnifique….

 

Il restait à me confronter à la réalité…..

 

On m’avait redescendue dans le service des grossesses à haut risques, plutôt qu’en maternité et je dois avouer que j’en étais ravie, cela faisait un mois que j’étais là, il y avait un certain contact établi avec les infirmières, puis surtout, je n’aurais pas voulu partager la chambre d’une maman avec son bébé, les voir boire du champagne , fêter la naissance de leur nouveau né, voir les visites, les cadeaux….alors que nous, nous n’osions rien fêter….tellement la peur nous bouffait…., nous ne voulions pas de visites, j’avais qu’une envie être auprès de mon fils, puis quoi dire, de quoi parler….du risque qu’il meurt, de la peur, de la tristesse aussi…., je n’avais pas envie de devoir faire la conversation alors que mon fils se battait là haut, faire semblant de les écouter alors que je ne pensais qu’à lui, seul mes beaux parents m’apportaient du réconfort, ils comprenaient, eux aussi tremblaient, eux aussi avaient peur…

 

Je ne voulais pas que les gens, connaissances, amis, familles, viennent pour voir LE prématuré, je ne voulais pas que notre fils, soit l’objet de curiosité….qu’il soit l’objet de discussion….

 

 

 

Mais surtout je ne voulais pas partager la chambre d’une maman comblée, entendre les pleurs de son bébé la nuit, alors que je n’entendais pas Gabriel pleurer, alors que je ne pouvais pas le serrer dans mes bras, alors que je ne pouvais pas le consoler….

 

Le soir de la naissance de Gabriel, deux infirmières m’ont emmenée en lit jusqu’au centre néonatal….je les remercie, grâce à elle j’ai pu découvrir mon fils le jour même….

 

Un long couloir….de part et d’autres, des chambres remplies de couveuses…des bruits d’alarmes…

 

J’étais fébrile, j’avais peur….je suis rentrées dans une grande chambre, il y avait 2 couveuses, et deux petits lits chauffants

 

Mon cœur s’est mis à taper très fort dans ma poitrine….

Mon regard s’est arrêté sur ta couveuse, j’ai eu un choc, sur les photos tu n’avais pas l’air si petit…..ce sont mes premières paroles « Qu’il est petit »….tu es minuscule, on dirait une poupée miniature….mais tu es déjà parfait….malgré la CIPAP qui t’aide à respirer , malgré les cathéters, les sondes….je peux voir une partie de ton petit visage….tu es parfait….une bouche ourlée, comme un bouton de rose….sous ton petit bonnet je devine une masse impressionnante de cheveux noirs….et la première chose qui me traverse l’esprit c’est que tu ressembles comme deux gouttes d’eau à ton papa c’est incroyable….tu es lui en miniature….sa réplique parfaite….

 

A cet instant, et pour la première fois depuis ta naissance, tu ouvres tes yeux….noirs ébènes…, comme si tu m’avais attendu, comme si tu voulais découvrir la vie pour la première fois à mes côtés….on se découvre , mes yeux sont plongés dans les tiens….l’infirmière me laisse entrer ma main dans la couveuse, je prends ta minuscule main dans la mienne…et le temps s’arrête, je suis submergée d’émotions, de peur aussi….mais surtout d’amour, je suis bouleversée par ce petit kilos de vie, ce petit kilos de courage et de ténacité….

 

Lorsque je sors de la chambre, tu te mets à pleurer, je n’oublierais jamais cette petite voix presque imperceptible, comme une plainte douloureuse, et je me mets à pleurer à chaudes larmes aussi, parce que je voudrais te réconforter contre ma peau, parce que j’ai peur….parce que je t’aime déjà si fort…..parce qu’il m’est insupportable d’imaginer que peut être tu as mal….parce que je me sens impuissante….

 

Tu ressembles à un ange mon tout petit, j’avais tellement peur de te trouver laid, même ta peau est belle…..je voudrais te voir sans tout ces « tuyaux », découvrir ton joli visage tout entier….mais jamais je n’ai vu si bel enfant, tes traits sont parfaits, miniatures mais tellement parfaits…..tu es beau mon fils....la beauté et la douceur des anges...

Commentaires

Je suis certaine Qu'il a senti ta pr¿sence...
Certaine...
Tu as eu raison...Pour les visites...
Il y a de la curiosit¿ malsaine...
Maintenant tout cela est loin derri¿re vous...
Et le bonheur bien pr¿sent.
Gros bisous,
Catherine.

C'est un amour ce petit bonhomme...

Écrit par : Catherine | 08/09/2006

tu me fait toujours pleure ben oui tes recits sont toujours si vivant que j'en pleure comme si j'y etait et oui il savait que tu etait la tu sais et maintenent vous former une belle famille

Écrit par : nadege | 08/09/2006

Comme Nadège Je pleure comme une madeleine moi aussi. Mais d'émotion, de bonheur !

Écrit par : Phoebe | 09/09/2006

Que de bonheur .... à vous lire. Et que votre bonheur fait plaisir.
Moi, je voudrais que beaucoup de gens lisent votre témoignage.

Écrit par : Jean-Marc | 10/09/2006

... Magnifique témoignage de l'amour d'une maman, je pleure et je laisse couler les larmes, larmes de bonheur.
Bisous

Écrit par : petit_verglas | 15/09/2006

... chaque fois que je viens te lire je pleure mince!!! heureusement que tt va bien sinon ce serait impossible d'arriver au bout de tes textes lol

Écrit par : co | 17/09/2006

j'ai connu cette attente... j'ai connu ces peurs, ces doutes... chuuut tout va si bien maintenant! je t'embrasse ma douce...

Écrit par : nanou | 19/09/2006

Oui.. J'ai vécu la même chose... C'est pas facile.. Bon courage , bientôt ce ne sera plus qu'un mauvais souvenir...
Gros bisous

Écrit par : Marie | 28/09/2006

bonjour je suis passer prendre de tes nouvelles babylou...
merveilleuse journée a toi...

Écrit par : COEURDENFANT | 01/10/2006

Bonjour Je viens de découvrir ton blog et c'est volontairement que je choisis de mettre un message sur ce post qui m'a rappelé des souvenirs. Je suis maman d'une grande fille qui vient d'avoir 18 ans. Elle est née à 7 mois (jour pour jour) de grossesse. Elle pesait 1 kg550 et mesurait 42 cm. Je n'ai pas eu la chance de voir ma fille tout de suite, car si elle est née si tôt, c'est parce que je faisais une crise d'éclampsie et que j'étais mourante. Je n'ai vu ma fille qu'alors qu'elle avait déjà 8 jours et que j'étais en voie de guérison. C'est une infirmière qui est venue me la montrer dans son incubateur. C'est un souvenir que je n'oublierai jamais. Pendant les 8 premiers jours, je n'ai connu ma fille qu'au travers des photos polaroïd que mon mari faisait jour après jour.
Merci d'avoir ravivé ces souvenirs. Je reviendrai lire les autres posts, car je ne veux pas le faire à la va-vite.
A très bientôt.
Amicalement

Écrit par : victoire | 26/04/2007

Les commentaires sont fermés.