16/07/2008

Trop d'amour....??

Il y a quelques jours, sur un forum de mamans que je fréquente, se posait la question, peut on trop aimer son enfant, n'est ce pas "nocif" suite au comentaire d'un "éminent" spécialiste de la petite enfance Perplexe.... je vous avoue que ça m'a pas mal interpellé...voir agacé Clin d'oeil

maman

Je vous livre mon ressenti sur le sujet suite à ce débat...

Je dis au moins 20 fois par jour à mon Gaby que je l'aime, tout comme je le couvre de bisous, on est très tactile, lui, moi et son papa.... j'aime lui répéter combien il est beau, combien on l'a attendu, combien on l'aime...
 
A partir du moment ou c'est du véritable amour, pas de la possession, de la manipulation...moi je ne vois pas le problème....
 
On ne m'a jamais dit je t'aime, j'ai été élevée à la force des coups et des humiliations.... adulte j'ai mis du temps à me reconstruire, et j'en garde un grand manque de confiance en moi, la peur d'être abandonnée omniprésente, et surtout un besoin immense d'amour, de gestes d'amour...
 
Je ne veux jamais que mon fils ressente ce vide que j'ai pu avoir en moi, jamais...
 
Je lui dis que je l'aime, je lui fais des câlins, son papa aussi, tout comme on lui dit souvent qu'il fait notre bonheur, qu'il est une merveille, et qu'on est fière de tout ce qu'il accomplit, et je pense que le plein d'amour contribue à en faire un enfant épanoui , mais surtout confiant en lui et aux autres, mais aussi un petit garçon autonome, qui n'a pas besoin d'être dans les jupes de ses parents, parce qu'il sait qu'on est là, qu'on ne l'abandonnera pas, et que l'amour est omniprésent.... 
 
Aimer son enfant, le caliner, lui répéter qu'on l'aime, n'empêche pas un parent de savoir aussi respecter l'autonomie de son enfant, sa liberté, son espace (c'est la différence entre l'amour, et la possession, le besoin de gérer l'autre comme si  il nous appartenait...)

Tout comme aimer son enfant n'est pas synonyme d'enfant roi, de permissivité à tout va, justement à mon sens aimer son enfant c'est justement aussi lui établir un cadre, des limites....
 
Mon Gaby adore les moments câlins, et quand il veut son indépendance il l'a prend, il sait aussi vivre sa vie, et nous la notre :whistle:  ;)  
 
Bref on peut aimer mal (c'est amour invasif, intrusif, étouffant, possessif etc...), mais pas trop aimer pour moi....le tout est question de dosage, de frontières, de nuances....  ;)  
 
Ce qui m'ennuies un peu autour de ce débat, c'est que ça donne l'impression que donner "trop"  :sarcastic:  d'amour est indissociable de permissif, enfants rois ou encore "enfants dans les jupes de sa mère, qui ne peut pas prendre son autonomie"....     et ça me tue... Horreur !
 
Pourquoi n'est il pas possible pour "les gens" de concevoir qu'on puisse être à l'écoute de nos enfants, sans pour autant tout leur permettre, et en leur donnant des limites.... non Gabriel n'a pas tout les droits, Gabriel ne se roule pas à terre dans les supermarchés....oui Gabriel dort avec nous quand il a peur, est malade, en ressent le besoin, oui je lui répète chaque jour combien je l'aime, combien je suis fière de lui....
 
Pour ma part, malgré un amour très fusionnel entre lui, moi et son papa, malgré qu'il soit un bébé intense, avec des demandes affectives très "élevées" (enfin pas pour moi    :whistle:  ), Gabriel n'en est pas moins très très autonome, reste volontiers aurpès d'autres personnes, et indépendant...mais par contre il adore quand il en ressens l'envie d'avoir de grands moments câlins/batailles/jeux/rigolades.... 

P1050976


 
Je ne pense pas qu'on puisse "trop" aimer son enfant, peut être l'aimer "mal" (mais là encore de toute façon quoiqu'on fasse, on fait ce qu'on peut en tant que parents, et il y aura toujours un jour ou on nous dira qu'on a mal fait....), je ne comprends pas cette société qui pense qu'aimer trop ses enfants va obligatoirement en faire des futurs psychopathes en puissance, traumatisé par l'amour castrateur de leur mère   (bon d'accord je stigmatise un peu là  :whistle:  ), le maternage n'est décidément plus "à la mode", faut croire qu'on a peur que ça puisse nuire à notre envie de toute puissance, de réussite sociale, professionnelle, je sais pas moi....c'est pas compliqué, suffit de voir le regard des gens quand ils me demandent ce que je fais dans la vie que je réponds "maman au foyer".....je deviens transparente, insipide, obligatoirement sans ambition, envie etc....quand on ne me répond pas "ah oui donc tu ne fais rien...."    
 
Je reste persuadée (même si je suis la première à me remettre en question avec mes milliards de questions  Mort de rire  ), qu'aimer son enfant et lui donner une image positive de ce qu'il est, lui donner la sécurité dont il a besoin , par les câlins, l'écoute, le cododo etc.... c'est justement l'aider à en faire un adulte bien dans peau, autonome, qui aura confiance en lui... 
  
Alors moi je dis, aimez les vos ptits bouts, ne vous mettez pas de barrières, se sentir beau, aimer, etc...dans les yeux de ses parents, c'est apprendre à s'aimer soi même en tant qu'adulte, c'est se construire....

maman2