08/06/2010

Jour de fête....

764705726

.....dimanche c'est la fête des pères, j'aurais tellement aimé que cette fête résonne doublement ce dimanche,
j'aurais aimé ta main sur mon ventre, promesse d'une nouvelle vie à 4.
Mais il y aura ce silence, ce non dit, et mon coeur qui pleure...
Parce que le plus beau des cadeaux je suis incapable de te le donner, tu souriras, tu me diras que nous avons déjà le plus merveilleux des cadeaux...
Que Gabriel est la plus jolie chose que je t'ai donné...
Mais moi je sais, ce vide entre nous, ce vide dans ton coeur, ce silence pour ne pas me blesser...


Cette peur dans tes yeux à chaque fois que débute une grossesse,cette joie perdue, cette innocence qui nous fait défaut maintenant...
J'aurais tellement aimé te donner, te rendre cette innocence, ces petites bulles de joie qu'on ne connaîtra plus jamais à l'annonce d'un enfant à venir...
On a perdu tout ça, on a perdu la candeur, l'insouciance....je voudrais tant que l'espace d'un instant...on puisse revivre cette sensation...
Mais plus rien n'est comme avant....le 12 janvier 2005 on nous a tout volé....
Il ne nous reste plus que l'espoir....ténu, indicible....et le sourire de notre merveille qui jour après jour raccroche une à une les étoiles dans nos yeux....

Qui jour après jour....mets des couleurs dans un ciel trop gris...

 

07/06/2010

En boucle *Part II*

Le coeur et le corps vide, premier jour seule dans cette maison étrangement calme, dans ce silence pesant...et toutes ces phrases qui repassent en boucle, toutes ces phrases que je ne peux plus entendre...
"Tu es encore jeune, tu en referas d'autres", "Faut te dire qu'il y a pire", "Tu en a déjà un tu devrais être contente"...
Mode....barricadée à double tour...parce que je ne sais pas dire, parce que je ne sais pas....


J'ai le coeur fatigué, j'ai le corps blessé....le vertige et cette irrépressible envie de sauter dans le vide...
Je me sens seule même entourée...parce que cette tour de glace dans laquelle je me suis emprisonnée j'en ai condamné les issues...parce que la souffrance ne se partage pas,parce que personne ne peut la porter à ma place...


Recommencer , l'attente, les mois qui passent, le coeur fissuré qui prend l'eau, je ne sais pas si je pourrais encore...je ne sais pas comment on sait...
Je ne sais pas quand ça s'arrête, quand sait on que c'est le moment de tourner la page...je n'y arrive pas....
Je voudrais pouvoir faire le deuil de cet enfant, mais il est ancré dans ma chair...je suis encore incapable de me résigner, comment sait on que c'est le moment de dire stop, qu'on va trop loin, qu'on s'acharne à souffrir pour rien...
Comment reconnaît on la fin d'une histoire, comment écrit on le début d'une autre, différente de celle dont on avait rêver, comment laisser cet enfant qui ne viendra pas sur le bord du chemin...
Tourner la page...ma raison le voudrait pour alléger ce corps trop vide mais si lourd, mais mon coeur, ma chair, mon corps...ne savent pas comment abandonner la partie...
Folie, acharnement, ou simplement l'espoir??

03/06/2010

Vertige

3 jours que je sais que son coeur a cessé de battre....ce matin la descente vertigineuse commence, je le savais, je ne savais pas quand elle arriverait cette perte d'équilibre...


Cette boule qui grandit là dans ma gorge, c'est comme une boule de neige qui grossit à vue d'oeil, emplie de toute cette colère, de tout ce désespoir, de cette douleur insoutenable,cette douleur qui pourtant m'est familière, mais que je ne pourrais jamais apprivoiser...


Mon costume, mon armure patiemment construite commence à se fissurer, et chaque fissure est une plaie à vif, comme si chaque centimètre de ma peau était une brûlure...et la lumière trop crue,et le soleil trop brillant, et les gens trop heureux....


On croit à tort qu'on peut s'habituer, on croit à tort, qu'au prochain coup du sort,on aura appris cette distance nécessaire, qu'on saura faire face...
Mais je suis incapable de m'habituer à ces vies qui me quittent, je suis incapable de m'habituer à ce ventre trop vide, trop meurtri, à ce corps fatigué
....je suis incapable de m'habituer à ce vide que ça me laisse, à cet espoir qui s'éteint....


Je suis terrorisée, par la douleur physique, mais bien plus encore par celle qui va prendre possession de mon âme , de mon coeur pour les semaines à venir...

 

02/06/2010

En boucle.... *Part 1*

10231_1256214606546_1265037650_30761968_806918_n

Depuis hier, je ne sais pas, j'ai cette boule dans la gorge mais rien ne sort, anesthésie des sens....mais je sais qu'on se réveille toujours, et qu'une intraveineuse de morphine n'éteindra pas cette douleur, celle tapie là tout au fond, celle qui grandit jour après jour, minutes après minutes, insidieuse, silencieuse, qui va venir s'écraser lourdement dans mon coeur, dans mon ventre bientôt vide, dans ma tête trop pleine et sans réponses...

Cette impression de déjà vu, les même mots, les même phrases, les même regards lourds, la même attente, un film qui repasse en boucle...un film dont je connais la fin inéluctable....

J'ai envie de hurler, de pleurer, mais j'ai le coeur sec....juste ces larmes ce matin à la clinique, cette boule qui tout à coup se transforme en torrent, torrent que je ne peux retenir, impétueux , colérique....qui verse ses flots silencieux parce que ces gestes répétés sans cesse, font remonter à la surface toutes ces dernières années amères refoulées, retenues tout au fond, tout ce que j'ai caché derrière mon sourire, derrière l'espoir, et là lorsqu'elle me tend ces trois comprimés qui annonce la fin d'un enième espoir, ma carapace , mes barrières érigées une à une s'éffritent....