13/05/2011

La mère....l'amer...

2489615159_1.jpgTout commence d’une façon banale, l’envie d’un ptit deuxième… tu te dis naïvement ou parce qu’au fond tu n’as pas envie de voir….qu’il n’y a pas de raison que ça recommence, qu’une grossesse n’est pas l’autre, que tout va bien se passer….

Les mois passent, les années, l’attente, les fausses couches, les espoirs déçus….puis tu sais plus quand t’as commencé à dérailler, tu sais plus le moment où insidieusement t’as commencé à dériver sans en prendre conscience….

Est-ce que c’était quand tu as commencé à fondre en larmes devant les reportages sur les grossesses, les accouchements ?? Quand t’as commencé frénétiquement à faire 15 tests de grossesses par mois, matin, midi, soir….dans l’espoir de voir une ligne fantôme apparaître, à te toucher les seins dans l’espoir d’y ressentir un symptôme ? Quand tu as cessé de rire de ces tocs….et que tu as commencé à te trouver pathétique….quand t’es devenue cette caricature hystérique, cette femme que tu jurais ne jamais devenir ??

Était-ce quand tu as commencé à avoir des bouffées d’angoisses à chaque nouvelle naissance, quand ça faisait tellement mal que rendre visite à ces nouveau-nés  te paralysait physiquement, incapable de faire face à tout ce bonheur qui te revenait à la figure ? Était-ce quand tu as commencé à te cacher pour pleurer en silence le soir lorsque tout le monde dormait….parce que t’avais pas le droit d’être malheureuse, parce que lorsque tu as la chance d’avoir déjà un enfant t’as pas le droit d’avoir mal à en crever ???

Était-ce quand tu as perdu le contrôle de ton corps, quand t’as commencé à subir mécaniquement, à bouffer les hormones comme un rituel vaudou qui chasserait le mauvais sort ? Quand la trahison de ton corps t’es devenue insupportable, quand t’as commencé à aller aux contrôles échographiques machinalement, à voir dans les câlins programmés une contrainte plutôt que du plaisir….quand t’as commencé à te sentir dépossédée du peu qu’il te restait de féminité ??

Tu sais plus trop où cette boule au fond de ta gorge a pris naissance, tu sais juste qu’elle reste là, qu’elle t’accompagne maintenant jour après jour….comme ce ventre vide….ou font écho les cris que tu étouffes…. Tu sais plus trop quand t’as commencé à rendre le change avec ce sourire de façade, en pilotage automatique….parce que trop fatiguée de te battre, de répondre à toutes ces phrases qui ne te réconfortent plus depuis trop longtemps…. Alors tu souris, tu ris un peu plus fort comme pour faire taire une douleur qui voudrait hurler dehors, alors tu parles un peu plus fort, tu prends un peu plus d’espace, tu vis un peu plus fort….parce que tu as peur que la vie ne se taise définitivement en dedans….,parce que si tu ralentis….t’as peur d’affronter ce trou béant qui se creuse à l’intérieur, t’as peur qu’on ne découvre les entailles profondes qui ne cicatrisent plus là près du cœur….

Tu sais plus quand tu as commencé à dériver…quelle importance, de toute façon tu n’as jamais eu le sens de l’orientation….

Chaque mois tous ces gens qui veulent te réconforter mais qui ont épuisés les phrases qui cicatrisent les blessures te répètent inlassablement… « nouveau cycle, nouvel espoir »

Oui mais l’espoir lui ça fait longtemps qu’il s’est fait la malle, érodé par les mois, les années qui s’écoulent, hémophiles…. , oui mais l’espoir ça fait longtemps qu’il s’est fait la malle,noyé dans les litres de larmes déversés…

All I can do is keep breathing….

 



 

 

 

Commentaires

Des bisous...

Écrit par : FANNY | 13/05/2011

Touchant, blessant, compréhensible. Les frissons apparaissent, mais les bons mots s'étouffent. Que dire, que faire? Juste faire savoir qu'on est là.
De gros bisous

Écrit par : Zabou | 13/05/2011

je te vraiment comprends....

pourquoi c'est comme ca??

Écrit par : Maria Alejandra | 14/05/2011

je te vraiment comprends....

pourquoi c'est comme ca??

Écrit par : Maria Alejandra | 14/05/2011

je te vraiment comprends....

pourquoi c'est comme ca??

Écrit par : Maria Alejandra | 14/05/2011

les jolis mots, les jolies phrases, les mots tout doux sont loin d'être réconfortants parfois... nous les mamans d'enfants différents, vous les mamansenattente y'a la culpabilité qui empeche d'avance, les pourquoi sans réponse, la rage sans calme qui revient...
a nouveau je le crie je t'aime Véro... un jour peut être... un jour... ou pas... mais quoi qu'il en sera je serai là...

Écrit par : Souplinette | 14/05/2011

Les commentaires sont fermés.