04/08/2013

Sois tranquille....tout va bien.....

 

65989_422346381192706_270133462_n.jpg

 

 

 

Y a cette douleur que tu ne sais pas partager, parce que certaine douleurs n’ont pas de mots, y a des douleurs dont tu ne te souviens même plus quand elles ont commencé tellement elles font partie de toi….comme si elles avaient toujours été là tapies, insidieuses….

 

Il y a ceux qui ne comprennent pas, il y a ceux qui pensent que tu en fais trop, il y a ceux qui pensent que tu peux oublier, il y a ceux qui pensent que tu n’as pas de force , que tu te morfonds, que tu ne te bats pas….il y a ceux que ça dérangent, ceux que ça agacent,  ceux avec qui tu dois faire semblant que tout va bien parce qu’ils ne veulent pas entendre, parce qu’ils ne veulent pas comprendre….

 

Alors tu fais semblant, tu souris, tu fais comme ci…..mais tout au fond le gouffre s’agrandit, la faille ne se referme pas, elle ne se refermera jamais….cette douleur habite en toi….ce manque grandit chaque jour un peu plus…..tu as beau essayer, tu as beau te convaincre que tout va bien, tu sais que ce n’est qu’une façade, une parade pour ne plus déranger, pour ne plus à avoir à te justifier….

 

Je pensais avoir fait le deuil, je pensais être passée au-dessus de tout ça……et puis cette grossesse , la neuvième, comme une surprise, comme un pied de nez , tu te surprends presque qu’à y croire….alors qu’il y a si longtemps que tu ne crois plus en rien, tu t’accroches à cet espoir, comme à une bouée, comme à un souffle de vie, comme à l’oxygène qui te manque parfois quand tu te noies dans les souvenirs et le passé….

 

Tu te dis que peut être une seule fois la vie va gagner, qu’une seule fois cette petite voix en toi qui te répètes sans cesse que tout va encore s’écrouler se trompe…..

 

Et puis ces mots qui reviennent, ces douleurs familières, la gorge nouée, les larmes épuisées, et ce sentiment de solitude….et ces gens autour qui font comme si tout allait bien , et ces gens autour qui ne comprennent pas, et ceux qui sont soulagés, qui ne comprennent pas à quel point c’était important….ceux qui le lendemain sont déjà passé à autre choses…..alors encore une fois, une fois de trop tu retiens tes larmes, tu retiens cette envie de hurler, tu t’interdis de t’écrouler, mais tout au fond la fissure béante , inguérissable, la douleur inépuisable, si familière…..

 

Je voudrais tellement avoir des réponses, comprendre pourquoi, je voudrais tellement arriver à passer à autre chose, je voudrais tellement qu’il (s) comprenne(nt), qu’il(s) essaye(nt) juste une fois….sans jugement, sans ironie, sans méchancetés.

 

Qu’il(s) comprenne(nt) le manque, le manque de mon premier fils, le manque de toutes ces grossesses inachevées, le besoin viscéral, ce désir d’un autre enfant, qu’il(s) comprenne (nt) juste une fois la douleur, les blessures, la solitude, le manque….

 

Qu’IL puisse m’aimer si fort , tellement fort qu’il comprendrait sans même devoir parler….qu'il soit présent dans mes peurs et mes errances....je voudrais tant qu'IL comprenne....