12/01/2015

La mère....l'amer...

528789_10150769573299881_1068736772_n.jpg

36 ans….
10 grossesses…..un petit garçon….
Je sais la chance, je sais le bonheur d’être maman….
Mais je sais surtout aussi la peur, je sais la colère, la tristesse, la douleur…
Je sais les heures, les semaines, à attendre, espérer….

Je sais la chute, le cœur en morceaux, leurs cœurs…..ceux qui ont cessé de battre…

Je sais l’impuissance, la fatigue, la lassitude….

Je sais le corps meurtri, fatigué, endolori

Je sais les regards, l’incompréhension, les jugements…

Et puis ce ventre vide….et puis ce ventre mort….

Ce sentiment d’être un tombeau….

Avoir porté plus souvent la mort en soi que la vie….

Je sais les échographies…..ce silence avant la tempête…
Je sais les Noëls amers, la fête, les rires trop bruyants….les sourires de façades….. les « Je vais bien » alors que tu es morte à l’intérieure….

Octobre 2014….

Ce 10ème test de grossesse…je n’en voulais plus,.je l’ai détesté…. J’avais cloisonné tous ces sentiments, enfouis profondément ce manque, cette envie….j’avais repris les rennes, ma vie, mon corps en main….tout du moins je me forçais à y croire, je m’y employais avec énergie….oublier, avancer….et puis ce test et ces deux barres insolentes….je les ai détestées….je n’en voulais pas…..ma tête n’en voulait plus, mon corps non plus….mon cœur lui….
Ma tête avait envie de crier « ferme là » à ce cœur inconscient qui battait trop fort à la vue de ces deux barres, ma tête avait envie de crier « cours » tu vas souffrir….ne t’emballes pas….
Mais ce foutu cœur n’a jamais pu s’empêcher d’espérer, une fois, deux fois, trois fois, dix fois….naïf, stupide, incontrôlable… un cœur masochiste…. Ces images utopiques d’une famille à cinq…. Du bonheur que j’aurais pu effleurer du doigt….cœur stupide et faible….

5, 10 ,15 semaines….

Puis la réalité….toujours la même….qui revient, fière, narguante, sure d’el

Des jours, des jours, des semaines…..

Janvier 2015….

L’hôpital….ce foutu corps incapable de faire son travail même quand il n’y a plus rien à protéger….les protocoles trop long, douloureux, les Cytotec pour faire avancer le travail, un, deux, trois…..dix…..et ce col cadenassé qui retient la mort….et ce corps qui m’abandonne, les hémorragies, la peur, l’attente, les journées trop longues, la douleur, la douleur, la douleur…..

Le retour à la maison épuisée…..tombeau fermé à double tour…..et cet embryon qui s’accroche…..puis la douleur encore et encore, la fatigue, le désespoir….et enfin la délivrance tenue entre mes mains…..cet embryon dans mes mains…..ce corps qui me libère enfin….
Cet embryon…..tout ce qu’il reste de ces mois, de ces semaines…..et le corps vide, le cœur vide encore une fois…..

J’ai 36 ans…..mon corps lui en a 100….

Je tourne une page définitivement….
Je ne saurais jamais pourquoi…..je ne sais pas pourquoi….
On ne s’habitue pas….jamais….

Je ne dis pas le manque…..je n’en parle plus….
Il ne se comblera jamais….il restera vide, sans vie….
Je ne dis plus la colère, la douleur…..
Ils ne comprennent pas…..ils ne savent pas….qu’il y a longtemps qu’à l’intérieur plus rien ne bat….
Alors j’avance, j’accroche ce sourire qui donne le change…..et ce soir contre mon cœur je serrerai fort Gabriel et Sarah, me ressourcer à leurs cris, à leurs rires…..me réchauffer à leur chaleur…..pour croire encore que je suis vivante…..un peu….un rien…..

Avec le temps….